Chargement en cours .....

 

titre.jpg (8403 octets)

L'ECOLE EXPERIMENTALE DE LA CHABRAQUE : établissement d'enseignement agricole privé (hors contrat)

POUR UNE FORMATION SCOLAIRE INDIVIDUALISEE

Statut de l'association
Pour une formation scolaire individualisée
La scolarité
La pré-formation
La spécialisation (3ème année)
Les années CHABRAQUE

Remise des diplômes
Les premières années, la formation théorique se faisait au Centre de Formation d’Apprentis (C.F.A.) de Villefranche de Rouergue, centre dans lequel nous participions activement à la formation. Mais petit à petit nous nous sommes aperçus de l’inadéquation de la formation d’apprentissage. Tout d’abord, un contrat d’apprentissage cloue sur place un jeune face à un seul employeur pour au moins deux ans et il ne peut que rarement connaître les différentes techniques proposées dans d’autres situations.
La technicité qu’il acquiert ne sera reconnue que par le maître d’apprentissage et il ne pourra montrer aux autres (futurs employeurs) ce qu’il sait faire. C’est pour cela que la technique des stages parfois proche du compagnonnage, nous semble d’une certaine façon plus adaptée au monde équestre. de plus, des difficultés inhérentes à la structure même du Centre de Formation nous on fait penser à créer nous même notre propre structure scolaire. Il est en effet plus facile d’individualiser une scolarité dans des groupes de 5 à 7 élèves alors qu’au CFA ils étaient de 20 à 30 par classes ; ils étaient parfois avec des jeunes peu motivés ou même confondus, pour certaines matières, avec d’autres jeunes préparant des CAP tels que vacher porcher ou des BTS préparant des formations agroalimentaires.

Nous pensons à l’ECOLE EXPERIMENTALE arriver à mettre sur le marché du travail du monde du cheval des jeunes compétents qui, pourtant, nous arrivent trois ans auparavant en grande difficulté sociale et scolaire.

Si nous parlons d’ECOLE EXPERIMENTALE c’est qu’il y a bien évidemment " EXPERIENCE " donc propositions, moyens et but de l’expérience.
Le but est d’insérer professionnellement en trois ou quatre ans des jeunes reconnus par différents services sociaux (Action Sociale ou Judiciaire) comme " cas sociaux ".
Dans les propositions, il s’agit de définir le type des " cas sociaux " que nous souhaitons insérer et ce que nous entendons par insertion.

LA CHABRAQUE proposant avant tout une vie conviviale au sein des L.V.A. en plus de la formation professionnelle, reçoit des jeunes pouvant bénéficier et accepter une telle convivialité, c'est à dire que sont exclus de son sein, a priori, les personnalités trop marquées par la délinquance ou la toxicomanie.
Les " cas sociaux " dont nous parlons sont des jeunes qui ont pour la plupart souffert de famille perturbée (alcoolisme ou mauvais traitements par exemple) et n’ont pas encore choisi de mode réactionnel à ces perturbations.

Nous entendons par insertion professionnelle, une insertion professionnelle réelle, c’est à dire des jeunes salariès à une durée indéterminée et non des jeunes pris dans des emplois atypiques.
Nous entendons également par insertion professionnelle diverse, des jeunes qui, grâce à une vie de trois ou quatre ans à LA CHABRAQUE, ont pu s'insérer dans divers métiers hors métiers du cheval sans tomber, pour nous, dans l'échec de la marginalisation ou de la délinquance.

Les moyens de cette expérience tiennent entre autres à la formation suivant un rythme approprié mais également grâce à une action éducative dans un contexte convivial proposée par les responsables des LVA.

Cette expérience ainsi que ces moyens ont été proposés à la Direction Régionale de l'Agriculture et de la Forêt.