Chargement en cours .....

 

titre.jpg (8403 octets)

ETRE CHABRAQUEUX : Intervention du Directeur de la Chabraque, lors du colloque : Un cheval pour vivre

ÊTRE CHABRAQUEUX

Etre chabraqueux n'est pas un état proprement dit.
C'est un passage, un âge de la vie. Comme dit ma petite fille : "on est d'abord bébé, ensuite enfant, puis chabraqueux et enfin adulte".

Etre chabraqueux, c'est une image qui verrait la transformation d'un corps disharmonieux en un corps épanoui. Transformation c'est sûr, dans son corps et dans sa tête, du fait même de l'adolescence.

Etre chabraqueux, c'est arriver mal dans ses baskets et repartir droit dans ses bottes.

Etre chabraqueux implique donc, de façon imagée, une remise en forme d'un corps "souffrant".

Le jeune adolescent arrive donc clopin/clopant et nous allons tenter de lui expliquer la meilleure façon de marcher.

Certes en arrivant il a deux jambes qui le tiennent à peu près, l'une étant un rêve de cheval, l'autre étant une famille désarticulée.

En ce qui concerne sa jambe de cheval, il va très vite passer du rêve à la réalité (bien que le lieu dit Sever se lit Rêves à l'envers) et parfois durement puisque à Sever on ne monte pas à cheval en randonnée, les cheveux au vent, mais avec un moniteur, dans une carrière découverte et avec une bombe.

Et "l'effet" cheval va l'aider à grandir ; outre l'équitation, il y a ce lien très fort qui va se nouer entre le cheval et le chabraqueux.
Dans les premiers mois, pour ne pas dire tous, veulent établir une relation affective très étroite avec un cheval, celui qu'on aime plus, le plus beau bien sûr. "Le nounours", un psy vous dira que cela s'appelle l'objet transitionnel, Winnicott en a fait un livre, je ne vais pas vous en faire un roman. Mais sachez, qu'il place cet "objet" entre le réel et l'imaginaire de l'enfant. C'est l'objet de consolation par excellence des "traumatismes" de la réalité.
Il est donc bien cela pour nos chabraqueux, et il sera "le cheval plus" comme il existait dans une publicité "un monsieur plus". C'est lui qui aura un peu de granulés en plus, une litière plus fournie, et des "bonbons chevaux" : preuve que les commerciaux ont compris le filon !
Et je ne parle pas des bonnets, des tapis ou des guêtres (le poney de ma petite fille a toute la panoplie en rose !).
Mais pour un ado, il est temps qu'il émerge de cette relation parfois fusionnelle.
Il va d'abord rencontrer des humains "humains", son amour exclusif va se déccentrer vers ceux-ci et laisser une ouverture pour les autres chevaux.
Vers la fin de la 1ère année, les photos qui tapissent leur chambre sont moins centrées sur mon cheval –bien que les adultes signalent dés le début, qu'il n'y a pas de cheval personnel à la Chabraque- . Ils deviennent plus conscients qu'il y a d'autres chevaux dans l'écurie, tout aussi intéressants et qu'ils ont droit au même amour, tout du moins au même respect.

C'est la phase : "nos chevaux" qui sont bien évidemment meilleurs ou mieux traités que dans d'autres clubs. "Nos chevaux" correspond au sentiment d'appartenance à la Tribu Chabraque, nous en reparlerons; on s'occupe de tous avec un réel plaisir et la visite de nos écuries par des étrangers est un élément valorisant.

La 3ème phase qui arrive plus lentement est une relation avec les chevaux, non pas désafectivitée mais professionnelle.
Les chevaux ne sont plus beaux mais ils ont : un dos trop long, une encolure en col de cygne etc… et j'en passe. Mais ils peuvent être aussi des "gravures" ! "pas les nôtres, ceux des cavaliers professionnels-
J'aimerais qu'ils s'en arrêtent là ! Mais ils savent tous qu'il y a une quatrième phase, hélas dans ce milieu professionnel qui les attend, que j'appelle le cheval "tirelire" celui qui doit rapporter de l'argent coûte que coûte et viennent alors les guêtres à clous, les barres en fer et autres "joyeusetées".

Petite différence entre fille et garçon; dans sa relation affective avec le cheval, une adolescente restera infirmière du cheval, alors que le garçon voudra avoir entre les jambes le moyen de sa virilité.
Les statues équestres ne sont' elles pas là pour le prouver !
Mais tous les goûts sont dans la nature, et les déviances de la relation homme-cheval pourraient faire l'objet d'un autre débat.

Quant à la jambe famille, il découvre plus qu'une famille, une tribu : avec le patriarche que les jeunes loups veulent manger, et sa femme qui soigne, laissant à des adultes plus jeunes dynamiser l'ensemble.

VIVRE AVEC est l'un des points forts de la Chabraque, la dernière jeune que nous avons reçue disant à son éducatrice : "ça fait drôle de se retrouver dans une famille avec des parents, des enfants et des grands-parents".
Certes les chabraqueux ne seront jamais des "Z'ARDON" mais le lien du sang est remplacé par le lien du sens.
Les enfants des chabraqueux qui reviennent nous voir ne s'y trompent pas, pour eux je suis "papy bill" alors que mes petits-enfants m'appellent papy.

Ces 2 jambes mises en place et commençant à fonctionner, remontons dans ce corps chabraqueux pour arriver à la ceinture au-dessous et au-dessus.

C'est donc de là qu'émerge la Loi. Ce vieil Oedipe en savait quelque chose mais l'explication chabraqueuse est plus pragmatique. Nous appelons ça : la règle des 3V.
Interdiction de Vol, de Violence et de Viol : le terme Viol venant ici interdire les relations amoureuses entre chabraqueux, leur laissant de plein droit des conquêtes à l'extérieur de la Tribu Chabraque.
Ils visionnent parfois le film "la guerre du feu" pour leur expliquer ce qu'est l'exogamie.
D'aucun nous ont demandé pourquoi le terme Viol alors que le terme Flirt aurait suffit : mais VVF aurait ressemblé à un club de vacances, ce que nous sommes nullement.

La Loi, ils la rencontrent à cheval, ils ne montent pas n'importe comment et n'importe où, ils sont habillés correctement par respect d'eux-mêmes et par respect de l'animal, et ils passent généralement du débutant faisant un mauvais parcours et disant "C'est la faute du cheval", au cavalier un peu plus confirmé qui acceptera d'entendre qu'il n'y a pas de mauvais chevaux, mais que des mauvais cavaliers.
De plus, le cheval est un excellent maître d'école, il sait lui aussi "dire la Loi", il répond à des ordres clairs et précis ; si les demandes sont imprécises ou farfelues –hors la Loi-, il sait y répondre de façon parfois abrupte.

Si j'ai donné un sens à cette jambe familiale, j'y ajouterais en plus les règles de vie quotidienne qu'on accepte en signant un contrat de convivialité et de formation professionnelle. Règles de vie simple, mais souvent bafouées dans des familles en difficultés.

Cette Loi structurante n'étouffe pas, bien au contraire elle permet de respirer, d'avoir un nouveau souffle, d'avoir envie alors qu'auparavant on était dans le "BOFFF", le pourquoi pas.

Il reste maintenant qu'être chabraqueux, c'est savoir se servir de ses bras et de ses 10 doigts.
Lorsque j'ai trouvé le terme Chabraque dans un dictionnaire équin, pour moi cela faisait référence à la haute école de Vienne où les cavaliers ont une chabraque galonnée d'or et d'argent suivant leur grade.
En annonçant fièrement à notre copain menuisier le titre de mon association, il s'est mis à s'esclaffer en disant : "quel o pute de SABRAQUE !!!" c'est-à-dire en traduction non littérale : "quel mauvais ouvrier".
Qu'à cela ne tienne, ils seront Sabraque en arrivant mais chabraqueux en repartant c'est-à-dire qu'ils auront acquis en 2 ou 3 ans une technicité, un savoir-faire peut-être plus important qu'un savoir tout court proposé par certaines formations agricoles où ils sont moins au contact du cheval dans le quotidien.

Maintenant, il nous faut une tête bien faite, à défaut d'une tête bien pleine.
Quand on sait le manque de connaissance abyssale de certains, la partie n'est pas gagnée.
Il faut que notre enseignante des matières générales trouve tous les subterfuges possibles pour enseigner les mathématiques ou le français.
Au lieu de Robinet qui fuit, elle parle plus volontiers de clôturer un paddock ou d'un abreuvoir qui fuit.
Quant au prof d'histoire que je suis à l'occasion, je leur parlerai plus volontiers du cheval de Troie ou des hordes d'Attila, plutôt que des fastes de Versailles.

L'école expérimentale de la Chabraque est bien sûr très liée à une formation technique professionnelle.
Tous les matins, ils sont en cours pour ce qui concerne les matières générales, tous les après-midi ils sont en cours pour ce qui concerne l'hippologie et à cheval, puis aux écuries.
Il est vrai qu'ils piaffent souvent sur leurs chaises et qu'ils se retournent souvent pour regarder qui est à cheval dans la carrière (pour des raisons pratiques, le salle de technologie est près de la carrière).
Petit plus à la demande des autorités de l'enseignement agricole, il faut leur parler du monde actuel.
Donc tous les jeudis soir, comme si cela ne suffisait pas, les permanents des 2 LVA sont sollicités pour des questionnements au coin du feu.

Ce corps qui se transforme est toujours en mouvement, et le temps passe inexorablement ; les anciens nous disent souvent : "je veux bien re-signer pour 3 ans !".
Rythme, journalier, hebdomadaire, mensuel, annuel, tout semble codifié, mais de la théorie à la pratique tous les aménagements sont possibles.
Les rythmes s'organisent tous autour de la formation avec des séquences exceptionnelles certaines plus pratiques que symboliques et vice-versa.

Le chabraqueux étant un individu unique et une espèce grégaire, nous essayons de respecter la personnalité de chacun, sans perdre de vue la cohérence du groupe.
Ils sont répartis en année de formation (1ère, 2ème et 3ème année) et les entrants (en pré-formation) viennent nous voir 3 jours, 3 semaines, 3 mois, d'où l'expression "la 3 jours" a fait ceci ou cela, et les "3ème année" devraient être des exemples !!!

Le rythme trimestriel est de 15 jours d'école/15 jours de stage pour les 1ère année et on allonge le temps du stage en 2ème et en 3ème année. Nous n'augmentons pas les temps scolaires, ils exploseraient !
Ils ne vont jamais chez le même maître de stage, ils font du compagnonnage dans toute la France, voire dans toute l'Europe.
Ce compagnonnage laissant seul ou presque le chabraqueux chez son maître de stage. La gestion du planning est un vrai casse-tête !
30 maîtres de stage avec leurs caractères et leurs pédagogies, 20 chabraqueux avec, eux aussi, leur caractère et une technicité plus ou moins avancée !!! Et règle d'or, les chabraqueux ne doivent pas se croiser chez les maîtres de stage. Chacun raconte son expérience, ses exploits quand la SNCF est en grève ou sa vision du monde vue du ciel.
C'est donc bien un parcours individuel et à la carte que nous proposons.
Quant aux groupes d'année, ils se croisent à l'école.
Tout ce petit monde se retrouvant à la cabane du jury, le soir jusqu'à 22h29 ou dans la carrière à sauter des obstacles de jumping à pied ! (Ah cheval quand tu nous tiens !)

A l'extérieur, en groupe, ils ne sont plus une bande, mais une équipe (habitant Sever, on ne pouvait pas être en rouge !), équipe du club de la Chabraque qui va en concours hippique rencontrer d'autres clubs le dimanche, équipe "prestataire de servie" de CSI pour monter les parcours et ramasser des barres d'obstacles (nous avons fait 20 fois Cannes, 10 fois Monaco, 15 fois Caen et Deauville).

Dans ces deux séquences, c'est bien la valorisation, le reconnaissance par le travail que nous recherchons et la "commercialisation" de la Chabraque pour trouver des emplois, des stages et des appuis.

Ils sont vus, non plus comme des "cas-socs" mais comme des jeunes passionnés de cheval et reconnus pour leurs qualités et leur sérieux (avec quelques dérapages bien sûr).

Toute cette transformation est scandée dans le temps par des moments symboliques forts : "la rentrée scolaire" avec ses cahiers neufs et les discours habituels qui prennent là du sens car nul ne peut échapper aux rythmes scolaires (il n'y a pas d'absentéisme à la Chabraque !); la distribution des notes trimestrielles un soir d'hiver, de printemps et d'été.

Et enfin, la remise des prix avec podium et micro le 14 juillet où chacun passe à son tour de Zoé (l'une de mes petites filles) en 1ère année de maternelle aux plus grands qui reçoivent diplômes de CAP ou de Groom équestre devant les invités d'honneur (le Conseil d'Administration la plupart du temps) pour finir par une paëlla géante !

Voilà pour la formation, maintenant deux autres temps forts les touchent particulièrement :

L'arrivée du Père Noël en grande tenue avec sa hotte et son lutin. Tout le monde joue le jeu ! Fou rire mais aucun ne boude ce moment ou le trouve ridicule -Combien de Noël ont' ils "raté" avant celui de la Chabraque ?-.

Et enfin, la cérémonie de la signature ave adoubement.
Les 2nde année, à Noël, deviennent "chevalier de la Chabraque". Ils sont créés, reçus et constitués avec ma cravache de Sorède authentique (il y encore un CAT qui les fabrique !) et ils signent sur une chabraque, le pied à l'Etrier le contrat de convivialité et d'engagement professionnel. Ils le connaissaient bien sûr, maintenant ils l'ont intégré, ils demanderont aux autres plus jeunes de le respecter (c'est très beau sur le papier !).

Deux mots à retenir de tous ces moments de vie parfois très intenses –valorisation et reconnaissance-.

Valorisation de soi, aussi bien à l'école qu'à cheval. A l'école par le soutien sans faille des enseignants et des notes "valorisantes" –à noter et c'est tout à leur honneur, les meilleurs attendent les plus faibles sans broncher, et il n'y a pas de ségrégation (une grande dyslexique aura tout autant sa place qu'une fin de 3ème)-.

Valorisation à cheval bien sûr, je ne vais pas vous refaire le coup de la statue équestre mais ça marche –juste une anecdote qu'en dit plus long qu'un discours : un jeune devant passer ses degrés ou ses galops nous a dit : "fais-moi beau".
Et c'est bien de cela dont il s'agit.
Etre beau pour soi et pour les autres après avoir été moche et nul.
Reconnaissance par l'Autre.
Reconnaissance de ses qualifications professionnelles, de sa "vaillance" au travail.
On a peu de "bras cassés" puisqu'ils sont sur-motivés.
Reconnaissance aussi de leurs qualités équestres lors des petits concours club – Attention, quand un petit concours s'est mal passé, il ne faut pas "chauffer" le père Ardon, mais la reconnaissance de celui-ci et des autres adultes, lorsque tout est se passe bien, consolide une confiance en soi bien souvent ébranlée-.

Voici donc un chabraqueux "constitué", il peut partir de la Chabraque et nous l'accompagnerons jusqu'à son premier emploi.
Il sait aussi qu'au fin fond de l'Aveyron, quelqu'un pense à lui, qu'il y a une permanence.

Munis de leurs 2 jambes solides, d'une technicité "professionnelle" et d'une tête bien faite ou presque, ils peuvent s'envoler de la Chabraque sans se retourner.
D'ailleurs le coup de pied symbolique que je donne pour partir de la Chabraque est toujours accompagné d'une de nos maximes : l'avenir est devant toi, si tu te retourne tu l'auras dans le Q".